MARIA CASTELLANOS

SYMBIOTIC INTERACTION

ARTISTE SÉLECTIONNÉE:

Maria Castellanos [Es]
WebFbTwInst

SYMBIOTIC INTERACTION

Durant ces dernières années, je me suis focalisée sur le développement des interfaces corporelles qui nous permettent d’améliorer les capacités humaines, tout en explorant les frontières entre technologies portables et cyborgs en tant que paradigmes pour l’expansion des capacités sensorielles humaines. D’un autre côté, les plantes sont des organismes vivants et sensibles. J’ai donc utilisé les plantes pour collecter des données environnementales que les humains ne peuvent mesurer.

Interaction symbiotique est un projet dans lequel deux articles textiles ont été fabriqués pour pouvoir transporter de très petites plantes qui peuvent mesurer et surveiller leur environnement, fonctionnant comme une interface pour les changements et transmettant les données environnementales à celui qui les porte.

Ceci est réalisable grâce à un capteur qui mesure les vibrations électriques dans les plantes. Grâce aux algorithmes, nous visualisons les mesures à travers le vêtement. De cette façon, les humains et les plantes vivent dans une relation symbiotique. Alors que les humains reçoivent des informations sur leur environnement grâce aux changements de couleurs, grâce à un petit écran intégré dans un gant et à de légers sons inspirés par les oiseaux, la plante reçoit du CO2 par la respiration de l’homme; elle est nourrie et arrosée grâce à un système de goutte à goutte installé au dos de l’individu.

Ainsi, nous explorons les frontières entre les espèces, les différentes sortes de relations symbiotiques, et nous rêvons à un futur cyborg développé, un nouvel être où les plantes et les humains pourront vivre ensemble en parfaite symbiose.

BIO

Maria Castellanos est une artiste et chercheuse espagnole: docteure et professeure des Beaux Arts de l’Université de Vigo en Espagne. Dans sa recherche, elle s’intéresse aux prothèses technologiques, et se focalise sur l’hybridation entre les cyborgs et les technologies portables comme paradigme de l’extension des capacités sensorielles humaines dans une approche artistique.
Durant ces dernières années, sa pratique artistique s’est focalisée sur l’amélioration des capacités humaines par la technologie.
Elle a gagné différents prix de production qui lui ont permis de créer des oeuvres, comme le Prix Next Thing 2015, un appel commun au LABoral Centro de Arte à Gijón (Espagne) et la Company Telefonica R&D à Barcelone (Espagne), où elle a produit une « Robe environnementale »: appareil technologique portable capable de mesurer l’agressivité de notre environnement, de détecter les variables environnementales et de nous en alerter. Un projet à l’impact international nommé au STARTS Prizes 2016 (Ars Electronica) et sélectionné par le jury du 20ème Media Art Festival au Japon.

La Résidence SoftLab à Sliperiet à l’Université Umeå (Suède) l’autorise à développer le projet Interaction Symbiotique: deux vêtements dans lesquels des plantes mesurent les changements environnementaux grâce à des capteurs et algorithmes. Ceux-ci nous alertent grâce à un écran qui change de couleur et produit des sons. Elle a récemment remporté la résidence d’artistes VERTIGO STARTS, un projet européen EU-Horizon 2020 mené par le Centre Pompidou et l’IRCAM à Paris et le FraunhoferGesellschaft en Allemagne où elle développe un nouveau projet The plants sense.

Elle a également pris part à plusieurs expositions et festivals d’art. Elle a travaillé comme professeur à l’Université de Vigo et enseigné l’Art et la scène multimédia pour le Diplôme des Beaux Arts entre 2010 et 2012. Elle travaille actuellement comme professeur pour le Master de recherche en Beaux-Arts dans cette même université. Elle travaille aussi dans un programme d’innovation éducative «auLAB» au Centre d’Art LABoral, où elle a développé et enseigné dans le domaine de l’Art et des sciences, et développé le programme «Hommes et Machines» pour présenter aux adolescents les technologies portables selon une approche artistique, et leur donner les outils théâtraux et pratiques pour qu’ils puissent en concevoir eux-mêmes. Elle donne des conférences et anime des ateliers au sein de différentes universités de par le monde comme la Zokey University à Tokyo (Japon), l’Université de Lisbonne au Portugal ou Technarte, la Conférence internationale en art et technologie de Bilbao, où elle a gagné le Prix du meilleur article en 2016.

PRODUCTION

Ce projet a été crée grâce à la résidence SoftLab Scolarship à Sliperiet durant l’Arts Campus à l’Univeristé Umeå, Suède.

Enjeux de recherche / Innovation

Les plantes sont des organismes vivants présents sur toute la planète. Cependant, nous ne les entendons pas, nous ne pouvons pas communiquer avec elles, et nous n’avons pas la capacité de les comprendre. Mais la science et la technologie nous fournissent les outils pour rendre cette communication possible.

Ainsi, en collaboration avec Alberto Valverde, j’ai développé un capteur qui est capable de mesurer les vibrations électriques des plantes. Nous avons réalisé que les vibrations électriques sont modifiées en fonction des changements dans l’environnement comme la température, la lumière et la pression atmosphérique.

Mais la principale recherche d’Interaction symbiotique s’attache à l’algorithme, qui a été spécifiquement créé pour ce projet et nous permet d’interpréter les mesures et d’amplifier la vibration électrique reçue de la plante. Ces résultats sont obtenus grâce aux expérimentations et à l’approche artistique. Nous pensions que les plantes nous aident à saisir les changements au sein de notre environnement que les capteurs naturels de nos corps ne peuvent détecter. Cependant, malgré que nous soyons arrivés à un résultat d’un point de vue artistique, durant notre séjour à l’Université d’Umea nous avons eu le plaisir de montrer notre projet à une équipe de recherche menée par Stéphanie Robert de l’Université suédoise de Sciences de l’agriculture au Centre des sciences des plantes d’Umea, pour apporter du contraste à nos résultats.

Ainsi, même si nous nous focalisons sur le fait de produire un essai visuel de façon à rechercher et spéculer sur la manière dont une relation symbiotique entre les hommes et les plantes fonctionnerait, nous avons compris que ce genre de mesures pourrait être utile pour la prévention de parasites dans l’industrie agricole ou même dans la prévention de tremblements de terre, étant donné que les racines des plantes sont sensibles au mouvement.

Toute la technologie que nous avons utilisée est fabriquée par nous-même, comme les arduino pour les capteurs programmés, les imprimantes 3D pour construire les structures des appareils, ou des machines à coudre pour créer le textile des vêtements etc.

Enfin, les deux vêtements qui composent l’œuvre d’art présentent un petit écran intégré dans un gant, de petits haut-parleurs dans le vêtement, et des lumières LED qui indiquent les changements de couleur, ce qui nous permet de visualiser ce que les plantes intègrent et mesurent.

MENTION DES PRIX ET DIFFUSION DE L’ŒUVRE

– LookForward Fashion Tech Festival, La Gaîté Lyrique, Paris, France.
– LookForward Fashion Tech Festival, Musée La Piscine, Roubaix, France.

FollowFb.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!